De la natation à l’esport : Yannick Agnel, le parcours d’un champion

Le champion Yannick Agnel © MCES

Depuis le 1er mai maintenant, Yannick Agnel, double champion olympique de natation à Londres en 2012, présente chaque samedi sur Franceinfo à 10h35 et à 12h35 une chronique radio dédiée à l’esport, en partenariat avec L’Equipe.

C’est bien la preuve que l’esport est un écosystème en pleine mutation, qui commence à intégrer les médias dits “traditionnels”. Avec des audiences sur Twitch qui commencent à titiller celles de certains sports majeurs, l’esport gagne du terrain auprès d’une population jeune et connectée. Yannick Agnel, double champion olympique, répond à quelques questions de Romain Sombret, fondateur de l’équipe d’esport marseillaise MCES.

Romain Sombret : Yannick, peux-tu nous expliquer comment on passe de double champion olympique de natation à chroniqueur esport sur Franceinfo ?

Yannick Agnel : C’est une longue histoire ! D’abord, je suis un passionné de jeux vidéo. Depuis tout jeune, quand je me suis retrouvé déraciné pour suivre les entraînements intensifs liés au haut niveau, le jeu vidéo a toujours été pour moi un moyen de garder le contact avec mes amis et ma famille. Le lien social que le jeu vidéo en ligne procure a clairement été un moyen pour moi de supporter la charge mentale de l’éloignement. Et puis ensuite en carrière, j’ai continué à jouer des parties endiablées avec d’autres athlètes, si bien que j’ai l’impression que j’ai toujours eu une manette à proximité.

Romain Sombret (à droite) pour l’annonce du partenariat de MCES avec l’équipe de hockey sur glace Les Spartiates de Marseille © MCES

R.S : Du jeu vidéo à l’esport : explique-nous un peu cette reconversion ?

Y.A : J’avais cette passion en moi, mais c’est une rencontre en 2018 qui m’a fait basculer dans l’esport. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le terme, l’esport c’est la pratique compétitive du jeu vidéo. Une pratique qui s’accroît fortement, remplit des stades et génère des audiences incroyables. Il y a donc des enjeux financiers énormes et des équipes professionnelles qui se développent. C’est justement une rencontre qui m’a fait entrer de plain-pied dans l’esport en 2018, avec un Marseillais justement…

R.S : Que fais-tu actuellement dans l’esport ? 

Y.A : Romain – le Marseillais dont je vous parlais – m’a proposé d’intégrer l’équipe MCES comme Directeur Sportif. Loin de moi l’idée d’apprendre aux joueurs de MCES à jouer à League Of Legends ou Fortnite, nous avons des coachs spécialisés pour ça. Mon apport se situe plus sur les méthodes de préparation : le sommeil, la nutrition, la préparation mentale… bref, tous ces éléments extérieurs au jeu qui influent sur la performance. Notre équipe est actuellement parmi les meilleures en France voire en Europe sur Fortnite où nous avons des talents incroyables. J’ai découvert également à quel point les esportifs pros avaient des qualités neurocognitives au-dessus de la moyenne de vraies Formule 1 !

R.S : Quel est ton programme pour les mois à venir ?

Y.A : Je pars pour Budapest commenter les championnats d’Europe, je viendrai à Marseille ensuite faire un tour chez MCES et voir la nouvelle équipe League Of Legends puis je serai à Tokyo bien sûr pour les JO à venir. Sport & esport, voilà ma nouvelle vie !

Un article en partenariat avec MCES.

> A lire aussi : Esport : un mois d’avril intense pour MCES.

Plan incendie