« Je suis pas prête » L’incroyable aveu de Michèle Rubirola à Benoit Payan

2497

Michèle Rubirola, tête de liste de l’extrême gauche et du « Printemps marseillais » a-t-elle décidé de saborder sa propre candidature ?

On serait tenté de le croire après l’aveu stupéfiant qu’elle a fait à Benoît Payan (PS) sur son impréparation et sur ce qui pourrait passer pour de l’incompétence notoire.

 La candidate de l’extrême gauche, issue de l’écologie, donc particulièrement qualifiée en principe sur les questions touchant à l’écologie, était interviewée dans le cadre de l’émission « C Politique » animée par Karim Rissouli sur France 5. Elle n’avait rien à craindre : elle était en territoire ami avec des journalistes dévoués entièrement à sa cause et soucieux de la faire briller.

Pourtant, oubliant le micro qu’elle a fixée à son corsage, elle confie précipitamment à Benoit Payan, son collègue du parti socialiste présent à ses côtés lors de l’interview :

«Benoit, prend la parole, toi, tu parles beaucoup, hein, tu parles beaucoup de la pollution, tout ça, c’est toi… »

Sidéré, Benoît Payan lui réplique qu’elle connait parfaitement ces problèmes puisqu’ils sont au cœur de sa candidature à la mairie de Marseille et qu’elle est à même de répondre sur ce sujet aux journalistes.

« Non, moi c’est trop dur, je suis pas prête… » avoue-t-elle.

S’ensuit une cascade de rires et un nouvel aveu lorsque Payan lui désigne son micro : « Mince, décidément je les ferai toutes… »

« Moi je suis pas prête ». Inouï. Jamais vu. Comment la candidate qui se présente sous les couleurs de l’écologie peut-elle prétendre appliquer à Marseille un programme fondé sur l’écologie alors qu’elle en ignore à peu près tous les contours et qu’elle mise sur son coéquipier socialiste pour éclairer les journalistes ?

Comment peut-elle se prononcer, par exemple, pour le tout-vélo alors qu’elle ignore que n’importe quel cycliste marseillais, fût-il très musclé, ne peut pas monter le boulevard Périer, ni le Boulevard André Aune, ni le vallon de Montebello qui sont bien trop escarpés ? Et que Marseille ne sera jamais le plat pays d’Amsterdam : 750 000 vélos pour 800 000 habitants…

Les Marseillais feraient bien de réfléchir à deux fois avant d’élire à la tête du conseil municipal et pour six ans une femme sectaire, égérie de Jean-Luc Mélenchon, qui ne sait pas de quoi elle parle et qui semble ne rien savoir de ce qu’elle prétend savoir.

José D’Arrigo

Rédacteur en chef du Méridional