MARSEILLE ET L’EXPERIENCE DU MALHEUR Notre série d’évocations par Gabriel CHAKRA 5.- Bombardée en 1940 par les Italiens, occupée par les Allemands en 1942, sous les bombes américaines en 1944, Marseille se libère après vingt-deux mois de terribles épreuves

477

La guerre et son cortège de malheurs. Elle impose aux hommes sa loi d’airain, bouleverse leur mode de vie, tandis qu’elle génère des événements qui s’enchainent avec autant de rapidité que de brutalité. Si Marseille n’a pas trop souffert de la Grande Guerre qui l’a épargnée physiquement, il n’en fut pas de même lors de la seconde. De 1942 à 1944, et même jusqu’en 1947, elle a vécu les années parmi les plus sombres de son histoire. Il y eut d’abord la « drôle de guerre », puis la défaite, l’occupation marquée par des bombardements, l’épuration et les plaies immenses à panser pour remettre sur pied la ville meurtrie et son port dévasté.

« En 1939, explique l’historien Pierre Guiral, Marseille subit la guerre sans enthousiasme et sans défaitisme. En raison de la présence de nombreux Italiens et des revendications italiennes sur la Corse, Nice et la Tunisie que les Marseillais, instruits par les impudences d’un actif consul d’Italie, connaissent depuis 1926, on redoute une guerre contre l’Italie qui s’ajouterait à celle contre l’Allemagne : elle éclata, mais quand la guerre contre l’Allemagne était perdue. Pas sans mal pour Marseille. Le 21 juin 1940, un raid de l’aviation italienne fait 143 morts et 136 blessés dont beaucoup périssent des suites de leurs blessures. Parmi ces victimes, de nombreux Italiens, mais les bombes ne choisissent pas. A la différence de la précédente guerre, Marseille, dès le début, est touchée dans sa chair. »

Pour autant, cette ville-refuge accueillit des réfugiés. Une bonne partie de la France s’y était repliée. Tchèques, Polonais, Hollandais, et parmi eux de nombreux Juifs fuyant les persécutions nazies : le peintre Kisling, l’écrivain Benjamin Crémieux, la philosophe Simone Weil, qui y rencontraient d’autres venus de Paris, la plupart anciens députés italiens. Mais aussi des écrivains, Roland Dorgelès, Maurice Druon, Michel Mohrt mêlés à des artistes de renom, Max Ernst et Fernand Léger. Les uns et les autres ne tardèrent pas à se familiariser avec Jean Ballard, infatigable animateur des « Cahiers du Sud », ou à fréquenter les salons de la comtesse Lily Pastré, à Montredon.

Cependant l’hiver était mordant et il fallut endurer les pénuries. Marseille manquait de charbon, de bois, de fruits et de légumes, le ravitaillement étant particulièrement lacunaire. La boulange ne fabriquait pratiquement que le pain filant dont la croûte seule était mangeable… Géographiquement excentrée, Marseille dépendait de l’arrière-pays et des colonies, mais tout se raréfia dans le commerce qui s’était inéluctablement rétracté. Conséquences : marché noir, hausse des prix, tickets et longues files devant les boutiques.

« la verrue de l’Europe »

Sauf que le pire était à venir… Suite au débarquement allié en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942 (Opération Torch), les Allemands franchirent la ligne de démarcation le 11 novembre et entrèrent dans Marseille le lendemain. Pour s’y installer en force. Le début d’un cauchemar de vingt-deux mois. Pour l’Occupant, cette ville de mauvaise réputation était un repaire de bandits, un « cancer » ou encore « la verrue de l’Europe », image véhiculée par des écrivains. « Sur la colline des Accoules, écrit Louis Gillet, entre l’Hôtel de Ville et la Major, gîte une Suburre obscène, un des cloaques les plus impurs où s’amasse l’écume de la Méditerranée, triste gloire de Marseille… »

 Ce périmètre à la trame serrée de la vieille ville, les Allemands craignaient de le voir se transformer en un lieu de résistance en cas d’émeutes ou de soulèvement. Fidèle à leur méthode expéditive, ils décidèrent en haut lieu – suivant le témoignage du général Karl Oberg, représentant de Himmler en France et sans doute avec l’accord préalable d’Hitler lui-même – de détruire tout le quartier Saint-Jean. On notera que si les nazis étaient à la manœuvre, l’ordre de mission avait été signé le 14 janvier par René Bousquet, secrétaire d’Etat chargé de la police du gouvernement Pétain installé à Vichy. Réquisitionnée, la « Reine des villes d’eaux » possédait une infrastructure hôtelière dont aucune autre ne pouvait s’enorgueillir, ainsi qu’un central téléphonique qui la reliait au monde entier.

 Dans la nuit du 22 au 23 janvier 1943, 1 110 inspecteurs et 8 000 policiers, gendarmes mobiles et miliciens, effectuèrent des contrôles d’identité et arrestations massives, en majorité juives. Dans la nuit, les rafles s’intensifièrent : 1865 personnes arrêtées et conduites illico à la prison des Baumettes. Les opérations se poursuivirent le samedi.

Dans la nuit de samedi à dimanche, 635 personnes furent encore arrêtées et acheminées aux Baumettes. Le matin du dimanche 24 janvier, 1300 détenus des Baumettes se virent transférés à la gare d’Arenc où, avec 300 autres préalablement raflés, ils furent conduits à l’Evêché (Hôtel de Police). Ensemble ils allaient former un convoi ferroviaire. Au total, 1 642 hommes et femmes dont 782 Juifs, furent envoyés via Drancy vers Sobibor (convois 50-51) et Auschwitz (convoi 52 et 53) dont personne ne revint. Dans la masse des arrestations, figuraient 600 « suspects » – étrangers en situation irrégulière, Tziganes, « vagabonds » ou homosexuels.

14 hectares détruits

Ce n’est pas tout. Le 24 janvier au matin, le quartier au-dessus du Vieux-Port fut encerclé par des milliers de policiers français et allemands. Maisons pillées et dynamitées. Films et photographies illustrent cette tragédie. En quelques heures, tout un large pan du passé de Marseille s’écroulait. Dans des nuages de fumée et de poussière, 14 hectares de ce qui fut le cœur de Marseille n’étaient plus qu’un champ de désolation au milieu duquel se tenait l’église de Saint-Laurent.

« Même Sabiani, déjà engagé dans une politique pro-allemande, jugea dans son journal intime cette opération ignoble, écrit Pierre Guiral. Il affirma qu’il intervint auprès du Maréchal et de Laval pour l’empêcher. Mais ses efforts ne changèrent rien à la terreur nazie. Bientôt ce furent le S.T.O. (Service du travail obligatoire), les déportations de travailleurs vers l’Allemagne, la chasse aux réfractaires avec l’aide des hommes de Doriot et de Sabiani. »

Sous le joug allemand, Marseille était solidement quadrillée. Tenue par 12 000 hommes de la 244e division de la Wehrmacht et 4 000 fusiliers ou artilleurs de la Kriegsmarine, sous les ordres du général Hans Schaefer.  Les uns campaient au Racati, près de la gare Saint-Charles, dans les forts Saint-Nicolas et Saint-Jean, à Gratte-Semelle et autour de Notre-Dame de la Garde, le long du littoral jalonné de batteries, et à la base sous-marine Martha. Mais aussi à Saint-Jérôme, à Beaumont, au Merlan, à Château-Gombert et au Frioul avec de grosses pièces d’artillerie. Une deuxième ligne de défense englobait Carpiagne, Aubagne, Saint-Menet, Septêmes, les routes d’Aix et de Salon.

Mais vingt-deux mois d’occupation, c’en était trop pour 650 000 habitants. Excédés par les privations, les contraintes policières, les rafles et la destruction des quartiers du Vieux-Port, et cette épreuve improbable, des plus inattendues, le bombardement américain du 27 mai 1944, qui a inutilement meurtri leur cité, alors oui, à bout de patience, parce qu’ils en avaient assez de vivre ainsi, les Marseillais se rebellèrent. Leur révolte s’exprima en manifestations, grèves, sabotages, attentats, nonobstant les menaces de la Kommandantur. Installée 425 rue Paradis, la Gestapo sévit mais des militants la défièrent. La peur se dissipa, l’action s’engagea.

Un mouvement irrésistible rendit sa fierté à une population qui ne courbait plus l’échine. Des réseaux se constituèrent en se ramifiant. Un Comité départemental de libération (CDL) animé par avec Max Juvénal et Francis Leenhardt s’activa parallèlement aux Mouvements Unis de la Résistance, les MUR. A côté d’eux, il y avait les Francs-Tireurs et Partisans Français(FTPF)  auxquels s’ajoutait l’ORA, l’Organisation de Résistance de l’Armée. Ajoutons que depuis février 1944, les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) quadrillaient les Bouches-du-Rhône en six secteurs. D’autre part, une Résistance intérieure réussissait avec éclat des évasions de patriotes et des attentats contre les Allemands dans les hôtels, les bars, les bordels, les cinémas…

Manifestation et grève

Le 18 août 1944, comme le rappelle l’historien Pierre Guiral, les organisations politiques et sociales de la résistance passèrent de la guérilla à la lutte ouverte. La grève générale insurrectionnelle était proclamée. La pénurie alimentaire mettait les nerfs à vif. N’avait-on pas déjà réclamé du pain juste avant le bombardement américain du 27 mai en manifestant ouvertement ? Comment une cité portuaire pouvait-elle espérer une embellie quand les bateaux étaient à quai, les dockers au chômage, les usines quasiment à l’arrêt, d’autres congédiant leur personnel, faute de matières premières ? Le préfet s’en inquiétait : « Aucun stock de céréales ou de farine n’a pu être constitué… Aucune distribution de viande n’a pu être faite au mois de février. Enfin, pour ne citer que les aliments principaux, l’approvisionnement en lait, terriblement déficitaire, provoque les angoisses les plus vives au sujet de la nourriture des enfants ». Cette situation ne pouvait perdurer.

Alors, munis de leurs brassards FFI ou FTP, des résistants s’attaquèrent aux agents de police ou aux Allemands pour tenter de les désarmer. Chez ces derniers, le doute commença à s’installer. Sans aviation, plus statiques que mobiles, ils furent acculés à la seule défense.

 Le contexte ne leur était plus favorable. Ils savaient qu’un débarquement en Méditerranée était inévitable, que si elle avait été décalée avec l’opération Overlord du 6 juin en Normandie, c’était pour des raisons de logistique. Car il fallait du temps pour acheminer chars et camions à bord des landing ships tankers, navires à fond plat de 3 000 tonnes. Et puis se posait la question technique du lieu de débarquement. A Sète, Hyères ou Marseille ?

 « J’ai absolument besoin de Marseille, trancha le général Eisenhower. C’est le meilleur port en France et sa capacité dépasse de beaucoup nos besoins. » Ike avait gagné contre les Anglais qui, depuis l’Italie investie en septembre 1943, préconisaient une percée dans les Balkans ou en Autriche.  Et de Gaulle était ravi. Le débarquement aura lieu en France. D’abord baptisée Anvil (enclume en anglais) puis Dragoon, l’opération en Méditerranée se déploiera sur le sol français. Cette terre que d’aucuns embrasserons en la foulant. Dès lors, tout s’accéléra.

Une guérilla généralisée

Les forces alliées (450 000 hommes partis d’Afrique du Nord, de Corse et d’Italie du Sud) débarquèrent le 15 août dans le Var, entre Agay, Saint-Raphaël et Cavalaire. Mais, éprise de liberté, Marseille se souleva. Le 19 août, le Comité de libération de Francis Leenhardt, épaulé par les M.U.R. et l’ORA, mobilisèrent quelques centaines d’hommes qui, appuyés par les milices patriotiques, s’attaquèrent aux Allemands dans les rues d’une ville insurgée. 

Surpris par tant d’audace, les Allemands évacuèrent le centre-ville en se repliant sur leurs points d’appuis fortifiés. Ils furent pourchassés par les F.F.I. de Sainte-Marguerite à Saint-Loup, de Saint-Tronc à Saint-Antoine en passant par le Merlan et Château-Gombert. « A chaque assaut victorieux des armes et munitions récupérées. 20 000 citoyens étaient bientôt dans l’action, active ou passive, pour réduire ou désorganiser l’Occupant », lit-on dans un compte-rendu.           

Ce même 19 août, le général de Lattre de Tassigny reçut l’ordre du général Patch, commandant la 7e Armée américaine de prendre Toulon et Marseille. Tandis que le général Larminat filait vers le port de guerre varois, le général Goislard de Monsabert était chargé de prendre Marseille avec 12 000 hommes, essentiellement la 3e Division d’Infanterie Algérienne, les groupements de tabors marocains et du CC1 (Combat Command 1 de la 1ère DB). Allez, zou ! Version provençale de la blitzkrieg.

Le 20 août Allauch était libéré. Le même jour, le CDL organisait une manifestation devant la préfecture qui, selon le tract, « doit coïncider avec la guérilla généralisée contre l’ennemi. » Le 21 au matin, le préfet Maljean fut arrêté. Dans toutes les rues des voitures diffusèrent l’appel du CDL, invitant à la lutte.

Face à des Allemands armés qui patrouillaient en lâchant parfois des rafales, des cortèges se formaient et les milices patriotiques entraient en action. Les balles sifflaient, les coups de feu claquaient, les grenades explosaient, les sons fusaient, se dilataient tous azimuts, mais en fin d’après-midi le drapeau tricolore flottait sur la préfecture.

A ce moment-là, et Pierre Guiral le souligne à juste titre, « la boucle est bouclée. Marseille a balayé Vichy ; elle a répondu aux espérances d’Alger qui prévoyait des comités de libération dirigeant les affaires pendant la période insurrectionnelle, de quelques heures à quelques jours ». De son côté, l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide lance un appel « pour reconquérir nos droits de citoyens libres dans la France de demain. »

Fulgurante offensive

Pendant ce temps, l’offensive militaire se déployait. Toutefois, le général de Lattre voulait d’abord prendre Toulon avant de viser Marseille. Mais le général de Monsabert n’avait en tête qu’une idée : foncer, surprendre l’ennemi, et s’appuyer sur les résistants locaux.

Le 21 août, alors qu’Aubagne n’était pas encore tombé, le fougueux officier dit au colonel Chappuis :

 « Après-demain, je boirai le pastis à Marseille ! ».

Mais il fallait agir vite car le 22 août, les Allemands aux abois faisaient sauter à Marseille les infrastructures portuaires, un pylône du pont transbordeur, et obstruaient la passe du Vieux-Port. Alors de Monsabert lança le 7e Régiment de Tirailleurs algériens et les tabors marocains, appuyés par des blindés dont la rapide progression facilita sur le terrain la marche des fusilleurs-voltigeurs.

 A l’aube du 23 août, ces intrépides étaient sur la Canebière ; l’hôtel des Postes occupé par les Allemands fut pris par la 2e Compagnie du lieutenant Reiber, qui fit prisonniers 108 ennemis, tandis que de Monsabert installait son PC rue Armény. Ses instructions : pas de raid aérien destructeur ni de recours à l’artillerie, mais des interventions ciblées.

En attendant, la liaison était établie entre belligérants. Des pourparlers s’engageaient au Cap Janet avec le commandement allemand mais n’aboutissaient pas. C’est un prêtre, le capitaine Crosia qui servit d’interprète, et une seconde rencontre, cette fois au Vieux-Port, fut tout aussi vaine. Alors les combats continuèrent. Succès français au Merlan, à la Pomme, à Saint-Marcel. Et l’on se battait à la Pointe-Rouge, à Menpenti, à Castellane, partout.

A l’assaut de la colline sacrée

 Le 24 août, alors que Raymond Aubrac, commissaire régional de la République s’installait à la Préfecture, de Monsabert préparait l’assaut de Notre-Dame de la Garde. La possession de la colline assurerait sans doute la victoire. L’ordre fut donné au général Sudre de s’emparer de ce « rocher truffé de casemates. »

A l’aube du 25, la 1ère Compagnie du lieutenant Pichavan, s’engouffra dans les escaliers de la rue Abbé-Dassy, par la rue Vauvenargues ; les combats furent acharnés, les blessés nombreux, le char Jeanne d’Arc flamba et le Jourdan sauta sur des mines.  Prêtant main forte à Pichavan, la section Herbelin emmenée par Pierre Chaix-Bryan emprunta un discret escalier qui, de la rue Cherchell – l’actuelle rue Jules-Moulet -, monta jusqu’au plateau. Des hommes s’y infiltrèrent avec des ruses de Sioux. Parmi eux, l’aspirant Roger Audibert dont le témoignage, reproduit dans le livre de Pierre Guiral, restitue, phase par phase, l’âpreté de la progression vers la basilique, sous le feu ennemi.

Et puis… et puis les derniers quatre cents mètres, sous les rafales, avant de franchir le portail et le mur de clôture. Mgr Borel, évêque de Notre-Dame était là, avec des religieuses-infirmières. Et tandis que l’aspirant Ripoll allait « visiter » le clocher, la jonction s’opéra avec la section Herbelin. Faits prisonniers, les Allemands s’avouaient enfin vaincus. Aidé par le sergent-chef Duval, Ripoll hissa le drapeau tricolore. De la ville monta une immense clameur.

Deux jours plus tard, le 27 août, les tabors marocains s‘emparèrent du fort Saint-Nicolas, soutenus par des chars. Le lendemain, les forcenés du Racati rendirent les armes.  Des deux côtés, le bilan humain des combats était très lourd. Le 28 août, la reddition allemande fut signée à 7 heures sur le capot d’une jeep. Ce jour-là, pour paraphraser Victor Hugo, « le jour sortit de la nuit comme d’une victoire. »        

Gabriel Chakra