Jorge Sampaoli face à un gros challenge

En pleine crise, la direction de l’OM vient de choisir son nouvel entraineur en la personne de Jorge Sampaoli. L’entraineur argentin de soixante ans va donc connaître sa deuxième expérience en Europe après son passage en Espagne, à Séville, entre 2016 et 2017. Son caractère sulfureux divise et la presse française s’en est donné à cœur joie pour critiquer ce choix. On peut à juste titre s’interroger sur la pertinence de ce recrutement. Sans remettre en cause son style de jeu offensif et ses résultats plutôt positifs, le caractère sanguin de J.Sampaoli au milieu du brasier marseillais peut poser problème.

Ce choix est d’autant plus surprenant que l’OM aurait besoin d’un peu de stabilité et d’un coach bâtisseur, or Jorge Sampaoli n’est jamais resté plus de deux saisons sur le banc d’un même club. Certaines voix auraient souhaité voir Nasser Larguet finir la saison sur le banc olympien. Il apporte beaucoup de calme au groupe et gère parfaitement les jeunes joueurs qu’il utilise plus que son prédécesseur. Bien que le jeu n’ait pas toujours été au rendez-vous, il a toujours eu la volonté de pratiquer un jeu tourné vers l’offensif. Il semble donc que recruter J.Sampaoli soit un choix plus court-termiste que pour véritablement bâtir un projet à moyen terme. La direction espère probablement ainsi apaiser les tensions actuelles avec les supporters. En effet, J.Sampaoli est un disciple de Marcelo Bielsa, entraineur de Leeds et ancien entraineur de l’OM en 2015, qui est très apprécié à Marseille.

Mais J.Sampaoli c’est aussi la grinta, des équipes offensives et des résultats indéniables tant il arrive à insuffler une grande confiance à ses joueurs. Il a notamment gagné la Copa America à la tête du Chili qui ne partait pourtant pas favori dans la compétition. Sa philosophie de jeu colle parfaitement avec la devise “Droit au but”.

Le portrait très négatif qui lui est dressé un peu partout en France depuis l’annonce de son arrivée ne lui rend pas justice alors rendons à César ce qui appartient à César. Oui, Sampaoli a un sale caractère, oui, il critique sans arrêt les arbitres et hurle sur les joueurs depuis le bord du terrain, oui, il tombe parfois dans une sorte de caricature de lui-même.

Mais J.Sampaoli a toujours su tirer le meilleur de ses équipes pour obtenir d’excellents résultats. Il a toujours pratiqué un football plaisant à regarder avec un gros pressing et la volonté de toujours aller de l’avant.

Le but n’est pas ici de remettre en cause ses qualités d’entraineur mais bien de s’interroger sur la pertinence de ce recrutement dans le contexte actuel et dans une saison déjà presque finie. Quelle plus-value réelle peut-il apporter à ce groupe qui semble déjà avoir lâché ? Entre les joueurs en fin de contrats et les joueurs seulement en prêt, il aura du mal à leur demander les efforts physiques que son style de jeu réclame. De plus, à l’heure où les comptes de l’OM ne sont pas au mieux, payer son salaire ainsi que celui de ses trois adjoints interroge. Le recruter maintenant peut lui laisser plus de temps pour préparer la saison prochaine, mais avec un budget limité, il lui sera difficile de construire l’effectif qu’il souhaite. Le prochain directeur sportif de l’OM devra, sans doute, faire des miracles pour reconstruire un effectif et permettre à J.Sampaoli d’appliquer ses principes.

Mayeul LABORDE

Photo d’illustration : Jorge Sampaoli alors sélectionneur du Chili.

Plan incendie