L’Ombre de Staline, d’Agnieszka Holland

695

Comme c’est curieux, comme c’est étrange ! Ni l’Humanité, ni la Marseillaise, toujours si friands de faits culturels, n’ont parlé du remarquable film d’Agnieszka Holland, L’Ombre de Staline. Ni la Provence, qui ne veut pas faire de peine à Mme Rubirola et à sa coalition rouge-vert — n’essayez pas sur votre palette, le résultat est innommable.

Le film devait sortir à la mi-mars. Trois mois de confinement plus tard, il arrive sur les écrans, et il ne faut pas le rater.

Outre que l’Holodomor, la famine programmée de l’Ukraine, en 1932-1933, qui a fait entre 2,6 et 5 millions de victimes, est un sujet fort peu traité au cinéma, la virtuosité dont fait preuve la réalisatrice franco-polonaise, sa direction d’acteur (elle a appris le métier auprès d’Andrzej Wajda, qui n’était pas un tendre), son maniement de l’Histoire et l’insertion délicate d’une intrigue presque sentimentale sont des qualités trop rares dans le cinéma international pour qu’on ne les souligne pas.

En deux mots, un jeune journaliste anglais, Gareth Jones (joué par un James Norton en situation de Candide horrifié), après avoir réussi un premier scoop en interviewant Hitler, se rend à Moscou avec la ferme intention d’interviewer Staline : il n’était pas si fréquent, dans ces années 1930, d’identifier aussi sûrement les deux grands bienfaiteurs du XXe siècle.

 Son contact sur place, un autre journaliste anglais, qui flairait en Ukraine une horreur indicible et avait commis l’erreur d’en parler au téléphone, a opportunément fait la rencontre de quatre balles tirées par des inconnus — les rues de la capitale soviétique n’étaient pas sûres : c’est bien la peine de faire une révolution. Jones se rend donc par lui-même en Ukraine, y voit des horreurs absolument indicibles, se fait arrêter, extrader — et il a beau faire et beau dire, personne ne le croit.

Personne ? Un journaliste de gauche, Eric Blair, l’écoute et comprend peu à peu ce qu’est Staline. Il en fera un premier livre, la Ferme des animaux, sous le pseudonyme de George Orwell. La rédaction de cette fable totalitaire, publiée en 1945 quand tout le monde chantait les louanges du Petit Père des Peuples, scande le film, permettant de glisser de la réalité à la fiction, la première insoutenable, la seconde d’une ironie mordante.

Personnage secondaire mais essentiel, Walter Duranty, correspondant sur place du New York Times, feint de ne rien voir, et dresse de l’URSS pour les Américains un portrait quasi-idyllique. Ce qui donnera à Roosevelt un bon prétexte pour reconnaître le régime des Soviets, et aux hommes d’affaires américains embusqués d’y investir des capitaux juteux.

Je ne vous dis pas la fin : elle est à la hauteur du reste.

Les films déprogrammés pour cause de Covid risquent de ne pas rester longtemps à l’affiche. Pour le moment, l’Ombre de Staline plane sur les Variétés, le César, le Madeleine et au Chambord. Courez-y — et si ça ne fait pas plaisir aux communistes, nous nous en remettrons.

Jean-Paul Brighelli

Professeur émérite, écrivain