Polémique de l’Arc de Triomphe : une réponse en poème de Jean-Noël Bévérini

© Pxb

Installé le 31 décembre 2021 sous l’Arc de Triomphe pour marquer le début de la présidence française de l’Union européenne, le drapeau européen a été retiré dans la nuit du 1er au 2 janvier 2022. Le fait qu’il trônait seul sans le drapeau français avait indigné une bonne partie de la classe politique à droite. Les sources gouvernementales invoquent une marche à suivre normale, tandis que certains élus se félicitent que la polémique ait abouti au retrait du drapeau européen.

Jean-Noël Bévérini, de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille, traduit l’émotion suscitée par un tel signe, à travers un poème de sa main.

Avez-vous ce bleu sur la ville Lumière ?

Avez-vous ce bleu gagnant la France entière ?

C’est celui de la mer se dit le fier marin :

Il était plus que temps de l’honorer enfin !

C’est celui du ciel pur et sans aucun nuage

Se dit l’aviateur et quelle belle image !

C’est le bleu de l’azur pour un monde nouveau,

Il n’y a rien ici de plus grand, de plus beau !

C’est le bleu de l’amour que je vois dans vos yeux,

Soupire admiratif le nouvel amoureux !

Tout devient bleu en France et jusque dans l’outrance.

Oubliées les couleurs, oubliées les nuances.

La pythie du Palais a changé les couleurs

Au gré de son plaisir, au gré de ses humeurs.

La ville des Lumières est devenue bleutée

Comme un enfant souffrant au cœur paralysé.

Sous l’arche mémorable, le Soldat inconnu

Qui repose et qui dort ne se reconnaît plus.

Quel est cet étendard qui me blesse les yeux ?

Qui a changé mon drap pour de la poudre aux yeux ?

Où sont mes trois couleurs tant aimées de mon cœur

Cette nouvelle année marque donc mon malheur !

L’Europe, pourquoi pas ? Mais pourquoi sur mes os ?

Faut-il tout oublier, les morts et les héros ?

Ce pauvre fils de France n’est pas mort pour du bleu.

C’est pour les trois couleurs qu’il est monté au feu.

Pour qu’aucun autre drap ne flotte sous le porche.

Que rien que nos couleurs, rien d’autre ne s’accroche !

France, Tu perds ton nom en perdant ton drapeau.

En ce lieu d’autres draps ne sont plus qu’oripeaux.

Je suis une seconde fois l’Inconnu de la France.

Pourquoi m’infligez-vous cette ultime souffrance ?

A Marseille, le 3 janvier 2022.