Démission des soignants : dans certains établissements, la catastrophe

© WKMC

L’obligation vaccinale pour les soignants (et un certain nombre d’autres professions) entrait en vigueur ce mercredi 15 septembre. Certes, dans son point épidémiologique du 9 septembre, Santé Publique France pointait une augmentation constante de la vaccination chez les soignants : plus de 80% d’entre eux (pour les différents secteurs) sont vaccinés.

Il n’empêche : quand un établissement fonctionne sur une petite équipe, dans laquelle déjà en temps normal les membres sont difficilement remplaçables, le départ de soignants signe une catastrophe. Une psychomotricienne aixoise qui travaille dans une structure accueillant des adolescents d’Etablissements sédico-sociaux (EMS) témoigne : “Certains collègues nous avaient prévenus qu’ils ne seraient plus là le 15 septembre. Mais on ne va pas dire aux jeunes de ne plus venir. Le travail doit continuer avec moitié moins de collègues, dans plusieurs domaines. Je ne sais pas si on va pouvoir tenir.”

Alors que de nombreuses manifestations de soignants ont eu lieu mardi 14 septembre, on ne sait pas encore très clairement comment seront traitées les démissions. Il est certain que de très nombreuses petites structures seront touchées.

R.P