Un succès pour l’été marseillais, et une rentrée de bonne augure

Marc Thépot (à gauche sur la photo) et Maxime Tissot (à droite sur la photo), respectivement président et directeur de l'OTCM © Le Méridional

Une fois encore, les représentants des différents acteurs du tourisme étaient rassemblés autour de l’Office de Tourisme et des Congrès de Marseille, pour tirer un bilan global de la saison touristique à Marseille, ce 15 septembre : le président de l’OTCM, Marc Thépot, et le directeur, Maxime Tissot ; Bernard Marty, président de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), Philippe Bernand, président de l’aéroport, Guillaume Sicard, président de la fédération Marseille centre, pour parler des commerces, Hélène Lebas, déléguée générale du Club de la croisière, et enfin, du côté des prestataires, la société Eco-Calanques. Et tous l’ont dit : malgré le contexte particulier, le bilan de la saison est positif. En d’autres mots, Marseille tire son épingle du jeu.

Le début de cette saison estivale ne laissait rien présager… puisque l’on était suspendu aux annonces gouvernementales. Mais un regard rétrospectif permet d’affirmer sans mentir que “les professionnels du tourisme ont le sourire”. D’autant que la saison ne s’arrête pas à la fin août : septembre a démarré sur les chapeaux de roues, avec la visite présidentielle, l’IUCN (un projet ancien dont Marseille avait gagné la candidature), certains touristes qui se refusent encore à rentrer dans le nord, et la saison du “tourisme d’affaires” qui s’étale de septembre à novembre. Sans compter les belles perspectives de la saison automnale, amorcées notamment par les Journées Européennes du Patrimoine (18-19 septembre).

Le soleil a brillé sur Marseille… plus qu’en France

“Le soleil a brillé sur Marseille”, résume le président de l’Office de Tourisme. A cela, plusieurs raisons, étudiées par le biais de deux observatoires précis, rassemblant des données sur les remontées d’informations des partenaires d’une part, sur le taux d’occupation prévisionnel (plusieurs semaines en avance) d’autre part. “Cette belle saison, tout le monde nous l’envie”, ajoute Maxime Tissot.

> A lire aussi : Marseille : le programme des Journées européennes du patrimoine

Marseille confirme son attractivité (contrairement à Paris cet été), mais a pu accueillir les touristes français et étrangers dans de biens meilleures conditions que l’année dernière.

L’OTCM avait déployé des agents (58 saisonniers répartis sur 7 zones) et mis en place un dispositif “hors-les-murs” pour aiguiller les touristes “hors des sentiers battus” et éviter ainsi la surfréquentation de certains sites. Dans un souci également de prendre en compte des sujets bien d’actualité à Marseille, comme la préservation des sites naturels. Parmi les 60 000 personnes accueillies, 25 000 ont été renseignées et guidées.

Quelques chiffres et des bonnes surprises en cascade

Les Français représentent 80% de la population touristique. Les Allemands, les Belges, les Espagnols, les Suisses surtout, n’ont pas boudé la ville, en particulier entre le 15 juillet et le 15 août. Les réservations “last minute” (possibilité d’annuler) ont permis une flexibilité très appréciée.

Pour l’hôtellerie

Le mois de juin a été lent, mais les mois de juillet et d’août ont vu des taux records, dépassant le plus souvent 90% de taux d’occupation. Marseille affiche, de toutes les grandes villes françaises, le meilleur taux d’occupation hôtelière de l’été. Marseille et Aix se démarquent, avec des progressions d’activités majeures sur l’été : +24% de chiffre d’affaire pour un taux d’occupation total de 82,6%.

De gauche à droite : Bernard Marty, Guillaume Sicard, Philippe Bernand, Marc Thépot, Maxime Tissot et Hélène Lebas © LM

Pour la restauration

Là aussi, Marseille affiche les meilleures performances de France sur l’été avec des taux de croissance des réservations de 81% en juillet et 54% en août, si l’on compare avec 2019. En revanche, sans surprise, les établissements du littoral sont privilégiés par rapport à ceux de la “deuxième ligne”. Le pass sanitaire n’a finalement pas été un caillou dans la chaussure.

Pour l’aéroport

Philippe Bernand souligne “un des meilleurs scores de fréquentation, si ce n’est le meilleur score français” pour l’aéroport. Une chance pour cette porte d’entrée du territoire. A cela, pas de secret : “Quand l’offre est en place, la demande est présente.” Il se dit optimiste pour retrouver, dans les prochaines années, des chiffres identiques à ceux de 2019.

Pour les commerces

Les commerces du centre-ville de Marseille ont vu monter leur baromètre au beau fixe. Un effort a été mené pour rendre le centre plus accueillant et plus praticable, même s’il reste à faire un gros travail sur la propreté. “Il est important aussi pour les commerçants de vivre une belle arrière-saison”, ajoute Guillaume Sicard.

Pour les croisières

Après 17 mois de suspension d’activité, les croisières ont pu reprendre, secteur d’importance pour Marseille, et qui cherche à s’adapter aux pratiques vertueuses (les acteurs des croisières ont pu signer la Charte bleue en 2019, qui vise à réduire l’empreinte environnementale de la croisière à Marseille.) On observe une forte demande. Un protocole sanitaire vérifié et précis a permis de sauvegarder la reprise des croisières. Les passagers étaient essentiellement européens. Le port de Marseille a vu 32 escales pour 6 compagnies de croisières. Comme le note Hélène Lebas, le pic annuel des croisières ne se situe pas forcément en été : les perspectives pour l’automne sont donc également prometteuses.

> A lire aussi : Grand Opening 21 : Stéphanie Ragu, présidente de Medinsoft, voit “une économie régionale en croissance” dans l’innovation

Pour les prestataires

La plateforme Marseille expérience (mise en place à l’été 2020) a porté ses fruits, en apportant notamment une visibilité d’ensemble pour les clients. L’activité en août a été bien meilleure que l’année dernière.

On ne peut que constater que la préparation de l’Office de Tourisme de Marseille, en lien avec les différents acteurs, a été profitable à la ville : l’accueil des touristes (y compris des touristes marseillais !) s’est effectué de façon sereine, et sans dénaturer l’ambiance de Marseille. Marc Thépot tient à le rappeller encore et encore : “jouer collectif”, c’est la clé de la réussite touristique marseillaise. “Le rôle du tourisme est d’accueillir, de promouvoir, d’éclairer bien sûr, mais aussi de fédérer les acteurs.” Un sujet qu’il considère indépendamment de toute question politique.

Les objectifs pour la saison d’automne-hiver et au-delà : peaufiner toujours plus la “pépite marseillaise”, et surtout, garder un coup d’avance ! Le prochain rendez-vous à ne pas manquer : les Journées Européennes du Patrimoine, ce week-end.

Jeanne RIVIERE