ASC Vivaux-Sauvagère : 10 ans de passion et d’engagement

Avec le maillot d'or des 10 ans © Le Méridional

Août 2011. 10 ans déjà qu’un petit club a pris ses marques au cœur du 9/10 : l’association sportive et culturelle Vivaux-Sauvagère fait aujourd’hui partie intégrante du quartier. Et beaucoup de ses jeunes n’imagineraient pas qu’il puisse disparaître ; beaucoup ont d’ailleurs grandi avec lui. Omar Keddadouche, président-fondateur du club de football, n’est pas peu fier de fêter les 10 ans d’une passion sportive… mais pas seulement.

Quand, à la suite d’Omar Keddadouche, on pénètre dans le local du club, ce n’est pas uniquement le contraste lumineux avec l’extérieur qui nous éblouit : car ici, ce sont des dizaines et des dizaines de maillots (digne de la célèbre collection de Louis Nicollin) et trophées qui s’affichent : une véritable caverne d’Ali Baba. Et encore : “Le tas de maillots là-bas, ce sont ceux pour qui je n’ai pas encore trouvé de place, mais ça viendra”, précise Omar Keddadouche avec un sourire. “Quand des parents entrent pour la première fois ici, c’est vrai qu’ils sont assez impressionnés.” Sans parler des gamins.

Franck Mc Court, Pablo Longoria et Omar Keddadouche en juin 2021 © Omar Keddadouche

Il y a de quoi. Omar Keddadouche pointe du doigt : ici, des drapeaux échangés dans des stades, des coupes, des ballons signés par des joueurs ; là, des chaussures, des écussons, des maillots, beaucoup de maillots : “Celui-là, c’est Mohamed Simakan qui me l’a apporté.” Il a été l’un de ses formateurs. Lilian Thuram, Zidane, comme d’autres grands noms, laissent ici une trace de leur passion foot. Et on la sent, la passion qui transparaît dans la voix et le regard de notre interlocuteur.

Le 10ème, terre de foot

Omar Keddadouche est lui-même un enfant du 10ème. Il a roulé sa bosse dans les milieux du foot, est devenu entraîneur. Le club Vivaux Marronniers Sport était là depuis des décennies ; mais catastrophe : en 2011, après 47 ans de présence et de formation de grands joueurs, il doit fermer ses portes. “On ne pouvait clairement pas abandonner tous les gens du quartier pour qui le club faisait partie du paysage : il fallait trouver quelque chose, et vite”, résume Omar Keddadouche. La réponse ne se fait pas attendre : il crée dans la foulée l’ASC Vivaux Sauvagère, à partir de presque rien. Et surtout de la générosité d’un certain nombre d’amis, et de commerçants de pont de Vivaux et d’autres quartiers de Marseille. Et c’est parti, ça prend. En deux mois, le club accueille 220 licenciés (des anciens de Vivaux Marronniers et des nouveaux).

© LM

Grâce à Guy Teissier, député-maire du 9/10 à l’époque, le club bénéficie de travaux, et peut s’installer dans son local. Par la suite, des institutions comme la Région ou le département donneront aussi un coup de pouce à l’occasion. Il faut dire que “l’ASCVS” ne gâche pas cette confiance : de bons, très bons résultats. En 10 mois, le club finit ainsi aux championnats de France à Clairefontaine.

En 2017, moment historique : l’ASCVS devient l’un des clubs partenaires de l’Olympique de Marseille (“OM Next Generation”) : “Un moment extraordinaire et rempli de fierté”, rapporte Omar Keddadouche. En mai 2021, Pablo Longoria est venu fêter les 4 ans du partenariat. Cinq jeunes ont été recrutés par l’OM, 3 filles et 2 garçons.

La bienveillance et le sens de l’effort comme leitmotiv

Un succès remarquable, fruit du dynamisme de son président : Omar Keddadouche fait des pieds et des mains pour voir les enfants du club grandir dans le meilleur cadre de vie possible, par le biais du foot (le “langage universel”). Pour lui, les valeurs d’exemple sont le meilleur enseignement. Grâce à une ONG anglaise, Lionsraw, il a contribué à la construction en 2016 d’un “city stade” qui porte son nom, ouvert à tous.

“La vocation du club est bien sûr sportive, mais pas seulement : elle est aussi solidaire. Ce n’est pas pour rien qu’il a repris la devise de Liverpool “you will never walk alone”.” En effet, si c’est le foot qui rassemble tous les gens du club, cet engagement se répercute dans les actions de l’ASCVS. En premier lieu par l’engagement du président, des bénévoles, parents de licenciés ou non, qui donnent leur temps sans compter. Et puis parce que les enfants sont accompagnés au-delà de leurs performances sportives : cours du soir avant les entraînements (interrompus à cause du Covid, ils vont reprendre cette année), cotisation généreuse par rapport à l’équipement des sportifs. Des gestes qui comptent plus qu’on ne le pense pour beaucoup de familles du quartier, touchées par la crise sanitaire. Autre règle qui plaît aux parents : ici, pas de bagarres ni de gros mots permis !

© LM

Parallèlement, cette ambiance se traduit à l’extérieur ; un exemple parmi d’autres : chaque année avant Noël sont organisés “les ballons du cœur”, une collecte de denrées au profit des Restos du cœur. Qui se solde toujours par un grand succès. Le club soutient ainsi un certain nombre de causes en France et à l’étranger.

L’ASCVS, c’est un climat de simplicité et de professionnalisme qui ne se dément pas avec les années. Alors, 10 ans, ça se fête ! Le samedi 18, il y aura des animations pour les enfants, et un grand apéritif à partir de 18h30. Le dimanche 19, des matchs amicaux. Un événement qui illustre bien le côté social du club.

Question classique, mais : comment le président Omar Keddadouche voit-il les 10 prochaines années ? “Tout n’a pas été évident au cours de ces dix ans, mais ce que j’attends de plus précieux, c’est de garder la confiance des parents, des enfants, de l’OM bien sûr. De rester à l’image du meilleur de Marseille, ouvert et dynamique. De conserver cet état d’esprit qui fait la fierté de notre club.”

Thomas MOREAU