Auxerre/OM – L’analyse du match par Mayeul Laborde : fin de la série noire

Après sept matchs sans victoire pour l’OM, les Olympiens ont su trouver la solution pour s’imposer dans ce match de Coupe de France. Même si tout n’a pas été parfait, l’essentiel est là avec la victoire et la fin de la série de sept matchs sans victoire.

Les tops :

Lirola a été très bon dans ce match en délivrant deux passes décisives. Sa très bonne entente avec Thauvin en deuxième mi-temps aura fait très mal aux Auxerrois. Son centre millimétré sur le premier but aura permis de débloquer la situation. Il délivrera ensuite une deuxième passe décisive pour le jeune Dieng qui s’offre ainsi son premier but pour ses premières minutes en professionnel.

Khaoui sur les 58 minutes qu’il a pu jouer en tant que milieu de terrain, son poste de formation (Villas-Boas le faisait jouer défenseur gauche), a été très bon. Toujours précis dans ses passes, il a délivré trois passes clefs. Il aurait mérité en voir une récompensée sur le face à face que Benedetto rate en première mi-temps. Juste techniquement, il a apporté de la sérénité au milieu et a plutôt bien tiré les corners en première période.

Les flops :

La justesse technique et l’animation offensive : Les Marseillais ont du mal à avoir une bonne animation offensive, la faute à un manque de justesse technique et de mouvement. Ils ont parfois du mal à se trouver et perdent des ballons bêtement qui les mettent en danger.

Le fond de jeu : Le fond de jeu, côté marseillais, reste assez pauvre. Quand on sait que Auxerre, pensionnaire de Ligue 2, avait aligné son équipe B et a quand même réussi à faire jeu égal avec l’OM. La prestation globale n’était pas excellente, la faute notamment à des attaquants en difficulté (Germain et Benedetto). Mais l’essentiel est là : la victoire et la qualification.

Le match vu en statistiques :

La possession : Au niveau de la possession de balle, le match a été plutôt équilibré. Avec 49% pour Auxerre et 51% pour Marseille, les deux équipes ont eu presque les même munitions à exploiter.

Les tirs : Avantage Auxerre dans ce domaine avec neuf tirs pour sept cadrés contre six tirs pour quatre cadrés pour l’OM. Auxerre peut nourrir quelques regrets de ne pas avoir réussi à marquer. La faute notamment à Yoann Pelé sur sa ligne qui a réalisé un ou deux arrêts de grande classe.

Les fautes : Au niveau des fautes, les Marseillais se sont montrés plus indisciplinés. Auxerre bénéficiant de onze coups francs contre seulement deux pour l’OM. Côté corners, là aussi les Auxerrois en ont bénéficié de plus avec huit contre quatre. Ils n’ont pas su exploiter ces coups de pieds arrêtés pour tromper la vigilance des Olympiens.

En attaque : Pour les attaques là aussi avantage à Auxerre avec pas moins de 97 attaques pour 75 dangereuses soit 77% de leurs attaques. Les Marseillais eux comptent 81 attaques pour 48 dangereuses soit environ 60% de leurs attaques.

En résumé : Malgré le fait que l’OM ait eu un peu plus le ballon, c’est Auxerre qui s’est procuré le plus d’occasions franches. Ce qui montre encore une fois les problèmes d’animation offensive des Marseillais qui ont du mal à exploiter leur ballon. L’OM a su cependant se montrer plus réaliste grâce à deux éclairs dans ce match. Auxerre peut nourrir des regrets car ils avaient la place pour faire un meilleur résultat.

Mayeul LABORDE

Plan incendie