Rennes – OM Comment accepter cette injustice ?

Les Marseillais réalisaient un très bon match en dominant leur adversaire du soir. Durant les trente premières minutes, l’OM récitait son football. Mais un homme a décidé de tout changer en donnant un carton rouge totalement injuste au buteur de cette soirée Pape Gueye. Comment arriver à passer au-delà de cette injustice ?

Première mi-temps : Un OM séduisant et frustrant

Ce match démarre sur des chapeaux de roue. Les Marseillais se procurent deux énormes occasions entre la 9ème et la 13ème minute. Ils auraient pu ouvrir le score. Quel dommage! Il va falloir se montrer plus efficace. Ce début de match est engagé et plaisant à regarder. A la 15ème minute, déjà une première erreur d’arbitrage avec un ballon remis au gardien rennais qu’il prend dans ses bras mais non sifflé par Clément Turpin.

Coup dur pour l’OM à la 18ème minute, Amavi qui faisait un bon début de match sort sur blessure. Lui qui revenait d’une blessure musculaire au mollet, semble à nouveau touché à ce même mollet. C’était peut-être trop tôt pour le titulariser tout de suite. En tous cas le choix de Villas Boas risque d’être critiqué. Nagatomo rentre à sa place.

BUT Gueye 24ème minute

0 – 1

Suite à une superbe action collective, Payet centre en retrait pour Pape Gueye qui frappe à l’entrée de la surface et marque son premier but. Pape Gueye titularisé pour pallier la blessure de Sanson se montre à la hauteur. Les Marseillais maîtrisent ce match et empêchent bien les Rennais de développer leur jeu.

Deuxième carton jaune pour Pape Gueye synonyme de rouge. Très sévère, il ne pouvait même pas voir que Mbaye Niang était dans son dos. Comme d’habitude avec cet arbitre, l’OM subit des injustices. Alors que Marseille dominait et aurait pu mener deux à trois – zéro, il se retrouve à défendre à cause d’un arbitre qui vient, comme d’habitude, décider du sort du match.

Deuxième mi-temps : les Marseillais n’ont pas tenu

Benedetto cède sa place à Valère Germain sûrement un changement dû au carton rouge. Germain aura un rôle plus défensif. Comme prévu dans ce début de seconde mi-temps c’est Rennes qui à l’initiative. Mais Marseille est bien en place défensivement et Rennes ne trouve pas de solution. Cette deuxième mi-temps est longue.

But Traoré 64ème minute

1 – 1

Malheureusement, les Marseillais finissent par craquer à la 63ème minute. Sur un centre, le ballon est coupé par Traoré, Mandanda ne peut rien faire. Strootman et Cuisance remplacent Payet et Thauvin à la 71ème minute avec l’espoir de tenir le match nul.

But Hunou 83ème minute

2 – 1

Sur un coup de pied arrêté, les Rennais trouvent la faille. Ce but fait très mal. C’est une très mauvaise opération pour l’OM malgré les deux matchs de retard.

Comme d’habitude l’OM est victime d’erreurs d’arbitrage

On va encore dire que l’on est parano, mais comment ne pas l’être quand ce genre d’injustice arrive toujours contre nous et avec les mêmes arbitres ? Cela fait quand même beaucoup de coïncidences pour croire qu’ils s’agissent de simples erreurs d’arbitrage qui arrivent à toutes les équipes. C’est d’autant plus frustrant et difficile à accepter que l’OM dominait de la tête et des épaules leur homologue rennais dans ce début de match.

Se servir de ce match pour repartir plus fort

Il va falloir se servir de ce match pour repartir plus fort. Se servir de cette injustice pour donner l’envie aux Marseillais de réaliser une grande saison et gommer ce fait de jeu défavorable. Il faut qu’il est un effet positif pour souder le groupe et ne pas avoir l’effet inverse. Que ce match donne un surplus de motivation et l’envie de porter fièrement le maillot marseillais.

On attend la réaction de notre Président

Trop souvent des erreurs d’arbitrages sont défavorables à l’OM et trop souvent nos dirigeants ne montent pas au créneau. A croire qu’ils ne défendent pas leur club. A chaque fois, c’est le coach qui se retrouve à devoir taper du point sur la table. Garcia, déjà, se plaignait de ne pas être soutenu par sa direction. Alors cette fois on espère, même si cela semble perdu d’avance, que Jacque-Henri Eyraud vienne défendre le club et demande l’annulation du carton rouge.

Mayeul LABORDE

Plan incendie