Fête de l’Assomption – Notre-Dame, l’amer des Marseillais

© Le Méridional

Un amer aux sens propre et figuré : voilà ce qu’est Notre-Dame-de-la-Garde. Un “point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté utilisé pour la navigation maritime”, tout comme pour la navigation dans la vie. Comme chaque année, la grande fête de l’Assomption du 15 août est une occasion pour les Marseillais, habitants ou de passage, de monter à la basilique. Le père Olivier Spinosa, recteur de Notre-Dame, a à cœur que chacun puisse venir y trouver ce qu’il cherche – parfois même sans le savoir.

> A voir aussi : Finances de Notre-Dame-de-la-Garde : le sanctuaire n’est pas encore tiré d’affaire

Sept prêtres et quelques religieuses sont chargés du bon accueil au sanctuaire. Ils ont conscience de l’importance de cette tâche. La saison estivale est évidemment particulièrement prenante : la colline fourmille de visiteurs. Il faut assurer la mission spirituelle (les nombreuses messes, le sacrement de réconciliation, les échanges etc.) et matérielle (l’ouverture et la fermeture, la propreté du lieu, les cierges…), tout ce qui semble aller de soi mais demande une organisation pointilleuse.

Le Dimanche de la Mer célébré à Notre-Dame, le 11 juillet 2021 © Le Méridional

“La figure de la Mère rassemble ici toutes sortes de personnes. C’est avant tout, bien sûr, un lieu où les chrétiens viennent prier avec une dévotion particulière. Pendant les mois où le semi-confinement avait éloigné les touristes, nous avons été ravis de revoir de nombreux Marseillais, d’habitude impressionnés par la foule de touristes.” Un certain nombre d’entre eux viennent justement à la messe ici, régulièrement ou bien de temps en temps, pour “être un peu seuls.”

Les ex-voto, des plus classiques, carrés de marbre, aux médailles, casques etc., rappellent qu’on vient ici pour demander d’être gardé, déposer une demande. “Les ex-voto ont quelque chose de très concret, souligne le père Olivier ; ils représentent à la fois un remerciement et une espérance : si Dieu m’a sauvé d’un tel péril, alors il pourra me sauver de la mort.” Et ici, au cours des siècles, même les éminents visiteurs ont préféré déposer sans fanfares le symbole de leur remerciement. Témoins, par exemple, la simple signature d’une princesse anglaise, “Alexandra”, ou encore le maillot de foot du joueur de l’OM Dimitri Payet, à côté de celui de Drogba.

© Le Méridional

“Il existe un lien affectif entre les Marseillais et la Bonne Mère, et il ne faut pas oublier cette dimension de “garde” : on vient confier sa personne et ses proches à la Vierge, tout comme le Christ demandait à son Père pour ses Apôtres : “Garde-les dans la foi !””

Des gens si différents viennent demander une protection ! Parmi eux, gendarmes, militaires et marins (chaque premier samedi du mois est retransmise une messe des marins, que ces derniers peuvent suivre depuis leur navire à défaut de pouvoir assister à terre à une célébration.)

“Notre-Dame est aussi un lieu de dialogue ; il nous arrive fréquemment d’échanger avec des croyants d’autres religions. Pour vous dire combien ce lieu de spiritualité est important pour tous : j’ai trouvé l’autre jour dans les brûloirs un cierge juif.”

Le père Olivier Spinosa sur l’esplanade de la basilique © Le Méridional

Le but est bien d’offrir à ceux qui le souhaitent de vivre un moment de recueillement, et de découvrir quelque chose de l’Eglise. “Ceux qui montent à la basilique ne doivent pas repartir sans avoir rencontré quelque chose ou quelqu’un – sans avoir prié, même inconsciemment, peut-être”, conclut le recteur. D’où l’importance du silence, dans la basilique et dans la crypte.

Si Notre-Dame-de-la-Garde reste un lieu si important aujourd’hui pour les Marseillais comme pour les personnes de passage, c’est qu’elle invite à lever les yeux et à prier (de toutes les façons possibles). N’oublions pas non plus qu’on peut littéralement voir la ville à travers les yeux ouverts de la statue de la Bonne Mère.

Le 15 août, jour de l’Assomption (soit la montée au ciel de la Vierge), représente pour les catholiques marseillais une fête d’importance. Les autres visiteurs ? Ils seront sans doute ce jour-là un peu plus pèlerins que touristes…

Jeanne RIVIERE

SOLENNITE DE L’ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE
Le samedi 14 août au soir :
16h30 première Messe de l’Assomption
19h rassemblement au char Jeanne d’Arc, Place du Colonel Edon
20h30 départ de la procession suivie de la messe sur l’esplanade.

Le dimanche 15 août :
Messes à 8h, 10h, 12h et 16h30 dans la Basilique
9h et 11h dans la Crypte

Après midi priante dans la Basilique :
15h Chapelet animé par les séminaristes
15h30 Vêpres
16h Salut du Saint Sacrement
16h30 Messe

Toutes les autres informations sont à retrouver sur le site de la basilique.