Big bang dans le monde télévisuel français

©WKMC

Le géant allemand Bertelsmann-RTL Group, maison-mère de M6, vient d’annoncer des négociations exclusives avec le groupe Martin Bouygues, propriétaire du groupe TF1, dans l’optique d’une fusion. Cette annonce résonne comme un véritable coup de tonnerre dans le monde audiovisuel français. Si cette fusion aboutit, elle ferait de TF1-M6 le plus gros groupe télévisuel d’Europe. Il deviendrait même plus important que certains géants américains.

Le groupe Martin Bouygues a gagné la compétition orchestrée par JP-Morgan pour le compte de Bertelsmann-RTL Group dans le but de vendre le groupe M6. Ce rapprochement ne date pas d’hier; en effet, cela fait déjà presque un an que cette solution est dans les tuyaux. L’objectif de ce rapprochement est de créer un groupe capable de rivaliser avec les géants américains Netflix, Disney+ et consorts, qui bouleversent l’industrie audiovisuelle. Le nouveau groupe, dont Nicolas de Tavernost devrait être le PDG, pèsera 3,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec un profit opérationnel de 461 millions d’euros.

Le schéma de fusion a été validé par le Conseil d’administration de RTL Group, Bouygues, TF1 et le Conseil de surveillance de M6. Reste à savoir maintenant si l’autorité de la concurrence validera l’opération. Un autre point d’interrogation concerne la réaction des annonceurs et des producteurs face à cette fusion.

“La consolidation est une impérieuse nécessité pour que le public français et l’ensemble de la filière continuent de jouer un rôle prédominant face à une concurrence internationale exacerbée qui connaît une accélération fulgurante. La combinaison des savoir-faire des deux groupes permettra une réponse française ambitieuse“, souligne Nicolas de Tavernost, président du directoire de groupe M6, dans un communiqué. La fusion est “une formidable opportunité de créer un acteur majeur français du total vidéo qui garantira l’indépendance, la qualité des contenus et le pluralisme”, assure le PDG de TF1, Gilles Pélisson.

Avec cette victoire, TF1 bat notamment le groupe Vivendi (détenu par Vincent Bolloré et également propriétaire de Canal+) et Xavier Niel.

>A lire aussi Xavier Niel, l’entrepreneur autodidacte

La fusion entre M6 et TF1 pourrait bien ne pas s’arrêter là. Elle pourrait être le prélude à d’autres rapprochements au niveau européen pour inverser la tendance qui voit Netflix et Disney dominer le marché.

Mayeul LABORDE

Plan incendie