Les Amis du Vallon des Auffes : un événement qui a tenu toutes ses promesses

© Le Méridional

L’association les Amis du Vallons des Auffes (AVA) avait donné rendez-vous ce samedi 15 mai 2021 pour une réunion d’information. Les organisateurs espéraient réunir un maximum d’habitants du quartier pour leur faire part des manigances de la mairie du 1er et 7ème. Une mobilisation qui a tenu toutes ses promesses, puisque plus d’une centaine de personnes avait fait le déplacement pour montrer son soutien à l’AVA ainsi qu’à la buvette gérée depuis 11 ans par José.

> A voir aussi : Les Amis du Vallon des Auffes en passe d’être mis à la porte

Dès 11 heures, les abords de la piscine étaient noirs de monde. On pouvait déjà entendre les commentaires des habitants du quartier qui discutaient entre eux. Une dame lance les hostilités : “C’est incroyable cette histoire. Je ne peux plus la voir cette mairie”, “C’est hallucinant” rétorque quelqu’un d’autre. Jean-Michel Macias, créateur de bijoux, nous confie que “les soirées ici sont magnifiques”. Il parle des soirées organisées par l’AVA qui permettent à des artistes amateurs de venir exposer leurs œuvres autour de l’eau. Tout le monde attend avec impatience la prise de parole de Serge Vila, infirmier à la retraite, et gérant du lieu au quotidien. Le voilà enfin qui arrive, chargé des glaçons qu’il était parti chercher. Serge Vila ne s’arrête jamais. Il est toujours le premier pour donner un coup de main. Comme en témoignent les proches de l’association : “Il fait des journées de 8 heures à 23 heures. Il fait tout. Il nettoie le lieu, la mer, ramasse les déchets, soigne les petits bobos, surveille la baignade, assure la sécurité.” Alors, quand il y a deux semaines, il a reçu une lettre recommandée lui ordonnant de quitter les lieux, il n’en revenait pas.

Serge Vila prend la parole © Le Méridional-Mayeul Laborde

Avant de prendre la parole, il nous partage discrètement en avant-première une bonne nouvelle : normalement, son combat est gagné et il va pouvoir rester au moins un an de plus. La bonne nouvelle vient de la Métropole, propriétaire des lieux, qui demande à la mairie de ne pas le chasser le 19 mai et d’engager un dialogue avec l’association et la buvette. Durant sa prise de parole, il remercie d’abord toutes les personnes qui se sont mobilisées. Il explique ensuite toutes les activités de l’association et rappelle qu’avant son installation ce lieu était une zone de non-droit, où les familles avaient peur de se rendre l’après-midi. Depuis que l’AVA est là, le travail réalisé est colossal. AVA apporte une âme à ce lieu. Pour Serge Taza, ancien adjoint au sport de la mairie de secteur et surtout un enfant du 7ème, “cette piscine est la place du village” que représente le 7ème. Il ne mâche d’ailleurs pas ses mots : pour lui, la mairie essaye “d’euthanasier le quartier”. Après la prise de parole de Serge Vila, c’est autour de José, gérant de la buvette depuis 11 ans, de prendre la parole pour exprimer son sentiment, qui rejoint celui de l’AVA.

Mais si aujourd’hui l’issue semble joyeuse pour l’AVA et la buvette, elle l’a été beaucoup moins pour Sandrine Touyon chassée, elle et son association Cas7ème, par cette même mairie. Elle nous raconte n’avoir reçu qu’un mail qui lui demandait de quitter les lieux du jour au lendemain. Son association, qui fait énormément de social dans le quartier, était appréciée par les habitants. Elle permettait d’alerter sur des dysfonctionnements comme la déchetterie sauvage qui était en train de se créer aux alentours. Sandrine Touyon dénonce des méthodes “anti-démocratiques” et constate que la nouvelle mairie est “absente et refuse tout contact”.

Les habitants du 7ème n’ont pas fini d’être en conflit avec la mairie, puisque celle-ci a annoncé vouloir ouvrir la plage des Catalans 24 heures sur 24. Cette mesure rendrait invivables les environs, et les habitants craignent de ne pas pouvoir dormir à cause du bruit. Pour Sandrine Touyon cela “sera notre prochain combat”. Le ton est donné.

Mayeul LABORDE

Plan incendie