Finances : passons à l’action !

200

Yves Blisson, un des meilleurs spécialistes des finances de la région Sud, nous livre ici son diagnostic très pertinent sur la situation financière du pays et sur la nécessité d’investir son épargne dans les actions.

Tout d’abord, permettez-moi, chers lecteurs, de vous exprimer mon plaisir de vous retrouver, quelques décennies plus tard, dans les colonnes, fussent-elles virtuelles désormais, du « Méridional ».

J’y tenais, au siècle dernier, une chronique boursière hebdomadaire et je reprends ce flambeau au moment où la crise économique suscite des idées parfois dangereuses, voire suicidaires pour nos entreprises.

Les dernières péripéties politiques et l’émergence à la gauche « d’En Marche » d’un nouveau groupe parlementaire bien résolu à augmenter la fiscalité sur le patrimoine pour payer une partie de la note engendrée par la crise du Covid-19 est un préambule à la question suivante : de quelle façon l’Etat français résoudra-t-il le problème financier posé par le fameux « quoiqu’il en coûte » proféré par Emmanuel Macron lors de sa première intervention en mars ?

On a pu vérifier ces derniers jours que la dette serait au rendez-vous, mais même si un accord européen se profile pour endiguer l’hémorragie, il faudra bien aussi trouver des solutions nationales. Et là, on assiste au réveil des bonnes âmes qui, de Thomas Piketty à Cécile Duflot – l’écart est certes grand – prônent des mesures qui vont d’un nouvel Impôt Sur la Fortune (ISF-bis) à l’abandon de distribution de dividendes par les sociétés cotées en 2020.

Ces idées sont incohérentes et catastrophiques tant le timing est mal choisi. L’Etat envisage aujourd’hui de renforcer, ne serait-ce que temporairement, son rôle d’actionnaire auprès de fleurons de l’économie française comme Air France ou Renault. Mais surtout, les experts soulignent que les problèmes de trésorerie qui seront évidemment prépondérants dans les mois à venir, passeront aussi par des solutions en fonds propres, plus pérennes, ainsi que le préconise dans notre région Medinsoft , l’association des entreprises du numérique.

Investir dans les projets des entreprises, c’est acheter des actions. On peut bien sûr le faire sur des sociétés cotées en bourse dont le prix a en général nettement baissé ces derniers mois, déclenchant ainsi de véritables opportunités, mais aussi avec des sociétés non cotées, le tout en bénéficiant d’une fiscalité relativement favorable, par exemple par le vecteur d’un plan d’épargne en actions.

Le garagiste et le gazier

Cet investissement est d’autant plus envisageable que l’inertie de la consommation depuis trois mois a regarni les bas de laine…Hélas, même si c’est compréhensible dans une période anxiogène, ce sont plutôt des produits patrimoniaux à rendement très faible, comme le livret A, qui ont bénéficié de cette manne inattendue. Il serait autrement plus efficace pour l’économie, et plus performant à moyen et long terme pour les patrimoines, d’investir ces ressources inopinées en actions de sociétés françaises pour renforcer leurs fonds propres.

Certes, il s’agit d’une prise de risque mais avec une contrepartie espérée sur la progression du cours des actions et sur leur rendement, les fameux dividendes.

Un mot sur le « risque » que vous prenez en…passant à l’action. Les bonnes âmes citées plus haut nous assènent doctement que les plus fortunés, ceux qui auraient joui d’un confinement agréable, doivent participer par une contribution fiscale exceptionnelle à une sorte de « solidarité nationale ». Chiche ! Et prenons le parti d’être provocateur !

Oui, beaucoup de travailleurs ont pris un risque pour leur santé en restant au contact de la population. Eh bien, demandons aux ménages qui en ont la capacité d’orienter leur épargne vers une autre forme de risque, financier cette fois !

Ce sera plus productif que de les matraquer fiscalement. Quant aux dividendes, on oublie souvent en France qu’ils font l’objet d’une double imposition et qu’ils contribuent ainsi grandement à nourrir le budget de l’Etat. En effet, l’impôt sur les bénéfices éventuels est dans un premier temps prélevé sur la société et dans un second temps acquitté par l’actionnaire (petit ou gros), privé comme institutionnel. Il s’agit là d’une aberration française à peine compensée par Emmanuel Macron il y a trois ans.

Si l’on fait pression sur les sociétés pour qu’elles ne versent pas de dividendes cette année, ce sont donc des ressources fiscales en moins et des petits porteurs qui seront lésés. Au contraire, il faut inciter les Français à aller en Bourse malgré leur aversion pour les placements risqués. Le challenge est jouable. Des ministres d’horizons aussi variés que René Monory, Edouard Balladur et Pierre Bérégovoy y sont parvenus en leur temps avec des solutions simples, beaucoup de pédagogie, du pragmatisme et de la sagesse populaire.

Il est vrai que le premier était un ancien garagiste et le troisième un ancien gazier, des expériences professionnelles qui sont bien utiles dans les périodes de crise et qui valent bien toutes les mesures technocratiques concoctées à Bercy.

Un seul mot d’ordre pour sortir de la panade financière : passons à l’action !

Yves BLISSON