Hiroki Sakaï et Ippei Uemura à Marseille : les bienfaiteurs du Soleil Levant

615

Ils ont des noms de Samouraï qui claquent comme des banzaï : Hiroki Sakaï et Ippei Uemura. Le premier est né à Kashiwa, le second à Kyoto. Ils sont tous deux Japonais et Marseillais mais leurs charges ne sont pas guerrières. Ce sont plutôt des « Shoguns » de générosité. Ils ont décidé de lutter à leur manière contre l’envahisseur barbare et le microbe qui tue en aidant de leur mieux le personnel soignant des hôpitaux de Marseille.

Je ne suis pas une star comme Neymar, mais je veux vous aider avec ce modeste présent 

L’arrière latéral virevoltant de l’OM, Hiroki Sakaï, trente ans, récemment opéré de la cheville et confiné chez lui avec femme et enfants, a demandé à son ami restaurateur Ippei Uemura de remettre en son nom un chèque de 20 000 euros destiné aux soignants marseillais. Un geste de grande classe, une sorte de « mawashi-geri » circulaire à la face du malheur, digne de Patrice Evra, qui a été salué par les supporters de l’OM dans la France entière.

Très admirateur du courage dont font preuve les médecins, les infirmières et les ambulanciers, Sakaï a voulu leur rendre hommage en ces termes : « Je ne suis pas une star comme Neymar, mais je veux vous aider avec ce modeste présent ».  Banzaï Sakaï ! Longue vie Hiroki !

L’histoire de son copain japonais Ippei Uemura n’est pas liée au football ni à un transfert via Hanovre, mais à un coup de foudre. Il a été formé dans un restaurant japonais traditionnel qui excelle depuis trois siècles dans son pays et il aurait pu aisément y poursuivre une fructueuse carrière. Mais son rêve à lui, Ippei, c’était de s’envoler pour la France, la douce France.

Quand un restaurateur cannois l’a invité à Cannes, il est venu avec joie, mais il n’y est resté que quelques mois, la ville ne lui a pas plu. Il a donc décidé la mort dans l’âme de rentrer au Japon et de prendre ses billets pour l’Empire du Soleil Levant. C’était en 2003. Avant d’embarquer à Marignane, il a fait un crochet par Marseille où il est resté quelques jours pour découvrir la ville…et il n’en est jamais reparti !

A Marseille, nous avons tout : des poissons frais, des aromates à profusion, du thym, du romarin, de la farigoulette et des légumes de folie, de quoi faire de Marseille la ville la plus gastronomique de France !

Ippei Uemura est aujourd’hui plus Marseillais que les Marseillais. Son accent asiatique est mâtiné d’intonations marseillaises. C’est le nouveau « Galligani » de la gastronomie marseillaise : à l’instar d’Alex Galligani, feu-patron du Rhul et roi de la bouillabaisse, Uemura est devenu un des ambassadeurs de l’excellence culinaire locale. Il a commencé à montrer son exceptionnel savoir-faire en installant le « Tabi » dans un endroit improbable, ingarable, au cœur du village de Sainte-Anne. Son établissement ne désemplissait pas. Il a donc décidé de déménager sur la Corniche, au-dessus du vallon des Auffes, un lieu tout aussi inaccessible pour les voitures, où il rêve de conquérir la première étoile au guide Michelin d’un restaurant japonais à Marseille.

Ippei Uemura a la ferme intention de s’inscrire dans le sillage prestigieux des chefs marseillais qui l’ont devancé : Gérald Passedat, Lionel Levy, Alexandre Mazzia, Guillaume Sourrieu, Sébastien Richard, Christian Ernst, Dominique Frérard, entre autres. «  A Marseille, s’enthousiasme-t-il, nous avons tout : des poissons frais, des aromates à profusion, du thym, du romarin, de la farigoulette et des légumes de folie, de quoi faire de Marseille la ville la plus gastronomique de France ! »

Le « Tabi », comme son nom l’indique, est un « voyage au bout des rêves ». L’essayer, c’est l’adopter. Uemura transporte vos papilles au bout de l’extase avec une science démoniaque des préliminaires et une savoureuse liturgie des textures salées, iodées, sucrées. Membre depuis six ans de l’association « Gourméditerranée » qui regroupe 58 chefs et artisans talentueux de la région marseillaise, Ippei a pris exemple sur son copain et meilleur client Hiroki Sakaï : avec tous ses collègues chefs, il a décidé de mitonner bénévolement 600 repas par jour destinés aux soignants marseillais de l’assistance publique. Comme l’approvisionnement en denrées de ses fournisseurs habituels manque parfois de variété, Uemura a sollicité Hiroki Sakaï qui a fait don de 10 000 euros à l’association pour lui permettre de fonctionner à plein régime.

Ils sont formidables ces Japonais. Et « Le Méridional » se plaît à leur rendre l’hommage qu’ils méritent. Banzaï Sakaï ! Longue vie à toi Ippei Uemura !